Gouvernement : l’objectif de déficit budgétaire ne devrait pas être tenu

Edouard Philippe a indiqué ce mardi qu’il estimait qu’un risque fort existait quant au dépassement de l’objectif de 2,8% de déficit prévu pour 2017 par le gouvernement précédent.

Des décisions intenables

Le risque de dérapage budgétaire est, selon le Premier ministre, soumis à une extrême probabilité. S’exprimant au micro de franceinfo, Edouard Philippe a fait par de ses doutes, « encore plus sérieux » depuis qu’il est entré en fonction, rejetant la faute sur ses prédécesseurs.

Edouard Philippe a ainsi fait part de ses doutes quant à la tenue de cet objectif de déficit. Des doutes, a-t-il dit, qui existaient déjà dans son esprit avant sa prise de fonction, et qui sont devenus « encore plus sérieux » depuis.

Il a ensuite indiqué qu’il espérait que le gouvernement précédent avait pris soin d’inclure l’ensemble de ses décisions du premier trimestre dans le budget 2017 avant de quitter le pouvoir.

Selon lui, il est relativement aisé pour un gouvernement de prendre des décisions dures à mettre en œuvre dans les mois précédent une élection, de façon à ce que cela soit les successeurs qui soient gênés.

Le 1er juillet, le Premier ministre recevra un audit de la Cour des comptes sur l’exécution du budget 2017, ce document devra déterminer si la trajectoire qui se dessine permettra d’atteindre les 2,8% ou non.

Si celle-ci annonce un dépassement, une série de mesures devrait être mise en place, en indiquant que l’objectif actuel n’était pas de faire un collectif budgétaire.

CE MOIS-CI

ARCHIVES