Le Liban espère lever des milliards de dollars à Paris pour maintenir son économie à flot

0

Le Liban espère récolter des milliards de dollars lors d’une réunion de donateurs dirigée par la France ce vendredi 6 avril afin d’éviter une crise économique dans le troisième pays le plus endetté du monde.

La croissance dans le petit pays méditerranéen a chuté à la suite de crises politiques répétées, aggravées par l’éclatement en 2011 de la guerre civile en Syrie voisine.

La guerre syrienne a poussé un million de réfugiés syriens à fuir vers le Liban, un pays de seulement quatre millions d’habitants avant le conflit.

La conférence de Paris intervient alors que le Liban se prépare pour ses premières élections générales depuis près d’une décennie en mai prochain, après que le Parlement ait renouvelé son propre mandat à trois reprises depuis 2009.

Le pays du Moyen-Orient espère que les pays donateurs et les institutions financières présents à la conférence CEDRE aideront à stimuler l’économie par l’investissement.

Le Liban espère lever « entre 6 et 7 milliards de dollars (4,88 à 5,69 milliards d’euros) sous forme de facilités de crédit et de fonds », a déclaré Nadim Munla, conseiller du Premier ministre Saad Hariri.

Le Parlement a adopté la semaine dernière un budget gouvernemental de 2018, prévoyant un déficit de 4,8 milliards de dollars – plus du double du déficit de 2011, lorsque la guerre en Syrie a commencé.

L’économiste Paul Doueihy affirme que ce déficit budgétaire croissant signifie que « la probabilité d’une crise systémique est maintenant plus élevée que jamais ».

Pour éviter la faillite, l’Etat devrait « réduire d’urgence » ses dépenses, affirment d’autres experts.

En juillet, au contraire, le Parlement a approuvé une augmentation des salaires publics, estimés à plus d’un milliard de dollars par an.

Nassib Ghobril, chercheur en chef à la Banque Byblos, affirme que l’État a également donné du travail à 26 000 nouveaux employés au cours des trois dernières années.

En février, le Fonds monétaire international a averti que les autorités libanaises devaient faire face à la dette publique libanaise qui est « en augmentation rapide ».

Le déficit libanais se situait à 150% du PIB en 2017 – le troisième plus haut niveau mondial après le Japon et la Grèce, a indiqué l’organisation internationale.

Partager.

About Author

Répondre