Les nouveaux défis d’Odile Tessier, directrice générale du groupe Audiens

0

odile tessierOdile Tessier a repris les rênes d’Audiens, groupe des professionnels de la culture, de la communication et des médias. A cette position, elle devra faire face à un certain nombre de défis pour poursuivre la modernisation du groupe.

Le 30 juin dernier, Audiens, le groupe de protection sociale de la culture, de la communication et de la presse, changeait de dirigeant. Odile Tessier succédait ainsi à Patrick Bézier, qui avait pris la direction générale d’Audiens à sa création en 2003. La fin de son mandat avait été impactée par des événements d’envergure: départ de la mutuelle uMen, création de l’Alliance Pro et défi régulatoire.

Mme Tessier, qui était jusqu’à présent Directeur général adjoint du Groupe, connaît bien ces enjeux pour les avoir affronté de concert avec l’équipe dirigeante. Elle représente à ce titre un choix de transition douce – autant qu’une confirmation de la stratégie adoptée ces dernières années. M. Bézier quant à lui a pris la tête d’Audiens Care, l’offre de soins et de prévention du Groupe Audiens au sein du futur Pôle Santé Bergère.  Le reste du comité exécutif d’Audiens n’a par ailleurs pas été modifié, ce qui entérine cette volonté de continuité.

 

Odile Tessier, une transition douce

Diplômée de HEC Paris, Odile Tessier a connu une carrière dans le contrôle de gestion, d’abord en banque puis en cabinet, avant de rejoindre, en 1994, le groupement des institutions sociales du spectacle (Griss) – ancêtre d’Audiens. Elle y restera en charge des questions économiques et financières pendant 10 ans, avant de devenir Directrice générale adjointe.

C’est un groupe remis sur pied que Mme Tessier a récupéré cet été. Le départ de l’ex-mutuelle Audiens (désormais uMEn) partie rejoindre le groupe concurrent Harmonie Mutuelle, sur fond de désaccord de gérance, suivie du départ du centre médical Turbigo (Paris, 2e) et de la MRSSC ont en effet fait des deux dernières années un passage houleux pour le groupe. Si le divorce avait été presque indolore sur le plan financier, il n’en avait pas moins bousculé un groupe très soudé.

Mais de l’eau a coulé sous les ponts. Audiens fait désormais belle figure, avec des excédents dans toutes ses activités, une forte diversification et des partenariats avec Pleyel Santé, la Smacem (mutuelle des auteurs compositeurs et éditeurs de musique ayant des droits à la Sacem) ou encore la mutuelle nationale des artistes (MNA Santé).

Et Odile Tessier ne cache pas son optimisme : « La démographie du monde de la culture est favorable : l’emploi est en croissance dans l’audiovisuel, ce qui compense plus ou moins les difficultés rencontrées dans la presse » confiait ainsi la nouvelle dirigeante à l’Argus de l’assurance. De nouveaux projets sont également sur les rails grâce notamment à plusieurs accords, notamment avec le secteur dentaire et grâce au développement du futur pôle santé Bergère. « Notre activité s’accroît aussi sur de nouveaux territoires, au-delà des cercles historiques de la presse, du spectacle enregistré et du spectacle vivant », résume la nouvelle dirigeante.

 

Mutualisation et transformation, les deux défis d’Odile Tessier

Les bonne nouvelles pour Audiens semblent s’accumuler mais pour autant, les défis qui attendent la nouvelle dirigeante sont nombreux. Le secteur mutualiste connaît en effet un mouvement de fond, entre partenariats, innovation et redéfinition des valeurs mutualistes. Cette transformation se crée sous l’impulsion d’une double mouvement: la concurrence de nouveaux acteurs d’une part (les GAFAM, notamment), et l’émergence d’un environnement réglementaire de plus en plus complexe.

Pour y répondre, Audiens a entamé de nombreux rapprochements, à l’image de celui en cours  avec Kerialis. Sous le tandem Bézier – Tessier, d’autres étapes clefs ont été franchies : la mise en place de l’Alliance professionnelle en vue de mutualiser certaines fonctions en est une.

A cela il faut ajouter un troisième mouvement, celui de la transformation numérique du secteur – en particulier la téléconsultation à distance. « La dématérialisation des documents utiles à la vie de tous les jours est devenue une habitude aussi pratique que répandue et rejoint une des premières attentes des citoyens », notait ainsi Xavier Quérat-Hément, fondateur de l’association Esprit de Service France, ce qui n’est pas sans poser des enjeux de couverture.

Lire aussi : Les fonds d’investissements et les grands labos se jettent sur l’e-santé

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business