La billettique intelligente, un ticket vers l’avenir

0

Depuis le 12 juin, le nouveau pass « Navigo Easy » permet aux voyageurs occasionnels empruntant les transports en commun de la région parisienne de se passer du traditionnel ticket carton. Une initiative écologique — qui permettra d’ici 2021 de faire disparaître les 500 millions de tickets distribués chaque année — et révélatrice de l’essor mondial de la billettique intelligente. Un secteur en pleine croissance dans lequel les entreprises françaises entendent bien ne pas rester à quai.

Un secteur en pleine croissance

L’arrivée du pass Navigo Easy est la partie immergée d’un vaste programme de dématérialisation des titres de transport en Île-de-France, chiffré à 400 millions d’euros.

En septembre, un nouveau service d’achat et de validation des titres de transport sur smartphone en partenariat avec Orange et Samsung sera disponible et, d’ici la fin de l’année, il sera possible de recharger son passe Navigo sur son smartphone de la marque sud-coréenne.

Une modernisation attendue des transports en commun de la capitale qui permet à celle-ci de se mettre au niveau de bon nombre de ses homologues et qui s’inscrit dans la logique d’un développement urbain de plus en plus connecté et complexe, avec le déploiement de systèmes de paiements ouverts dans les hôpitaux, les gares, les aéroports et les stades. Grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, cette « billettique intelligente » permet des gains substantiels en termes de coût, d’efficacité, de précision et de sécurité.

Une petite révolution qui plaît tant aux entreprises qu’aux usagers, ce qui explique le solide taux de croissance annuelle du secteur de la billettique intelligente, qui devrait atteindre 14,5 % sur la période 2017-2022. Un chiffre impressionnant qui s’appuie en partie sur le développement des infrastructures dans de nombreuses zones géographiques, comme en Afrique, en Chine, au Brésil et en Inde. Toutefois, l’Europe représente toujours à elle seule plus d’un quart du marché mondial.

Les entreprises françaises en première classe

Dans le domaine de la billettique intelligente, les transports continuent d’occuper la première place en nombre d’utilisateurs finaux, et les « systèmes de transport intelligents » (STI) atteindront une valeur de 1,8 milliard de dollars d’ici 2022.

Une bonne nouvelle pour les entreprises françaises et en particulier pour RATP Smart Systems. Gestionnaire de la billettique en Île-de-France, l’entreprise composée de 200 collaborateurs est également présente dans 10 pays et gère 120 réseaux de transport, tels que ceux de Riyad en Arabie saoudite ou de Santiago du Chili. RATP Smart Systems est également un leader incontournable en Afrique, notamment à Alger, Dakar, Ouagadougou et Abidjan.

Une position plus qu’enviable puisque la croissance démographique exponentielle de ce continent — qui devrait atteindre 4,5 milliards d’habitants d’ici la fin de ce siècle — s’accompagne d’une urbanisation galopante nécessitant des réseaux de transports en commun modernes et adaptés.

La Côte d’Ivoire est un cas d’école : fort d’une croissance économique de 7,4 % en 2018 — une des plus importantes du monde — ce pays de 24 millions d’habitants s’est vu conseiller par la Banque mondiale d’investir dans les transports, dans sa capitale économique en particulier. Abidjan est en effet victime d’un trafic très engorgé qui coûterait chaque année 5 % du PIB ivoirien. Les autorités ont d’ores et déjà réagi, et la ligne 1 du métro d’Abidjan sera opérationnelle dès 2022.

Cette situation concerne une grande partie des pays d’Afrique de l’Ouest, et la plupart d’entre eux se sont engagés dans de vastes programmes d’investissements et de modernisation de leurs infrastructures de transport. Les gouvernements ivoirien et burkinabé ont par exemple annoncé il y a deux ans le lancement de travaux de réhabilitation de la ligne de chemin de fer de 1260 km reliant Abidjan à Ouagadougou — un projet remporté par le groupe Bolloré pour un montant de près de 400 millions d’euros — tandis que le Sénégal vient ainsi de choisir RATP Smart Systems pour développer un nouveau système billettique des transports publics de sa capitale, comprenant la digitalisation de la vente, de la validation et du contrôle des billets de l’opérateur des bus publics de Dakar. Ce « projet vitrine » sera au cœur des Rencontres Afrique — France 2020, consacrées à la ville durable.

Par ailleurs, de nombreuses villes nouvelles sortent de terre aux quatre coins du continent : qu’il s’agisse de la nouvelle capitale égyptienne en construction à 45 km du Caire ou de Diamniadio, le nouveau pôle urbain de Dakar, celles-ci donnent toute leur place au développement durable et aux énergies vertes, mais aussi aux « smart grids » — les « réseaux intelligents » — et à la mobilité intelligente.

La ville de demain est donc d’ores et déjà présente sur tous les continents et le savoir-faire français en matière de mobilité devrait permettre à nos entreprises de se distinguer sur le marché en pleine croissance de la billettique intelligente.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business