Les entreprises européennes minimisent les risques de la guerre commerciale américano-chinoise

0

Les entreprises européennes en Chine ont été en mesure de minimiser les effets de la guerre tarifaire entre Pékin et Washington, bien que certaines envisagent de délocaliser leurs entreprises, a annoncé ce lundi 9 décembre la Chambre de commerce de l’UE.

Les deux plus grandes économies du monde sont empêtrées dans une guerre commerciale persistante depuis plus d’un an, ce qui a pesé sur l’économie mondiale et entraîné des centaines de milliards de dollars de droits de douane punitifs imposés sur le commerce bilatéral.

Les entreprises européennes en Chine “ont effectivement annulé les effets tarifaires dans un laps de temps relativement court”, a déclaré le président de la Chambre de commerce de l’UE en Chine, Joerg Wuttke.

De nombreuses entreprises ont “effectivement contourné” les droits de douane élevés en relançant leurs chaînes d’approvisionnement et en tirant parti de leurs réseaux d’entreprises internationaux, a déclaré la chambre dans un communiqué.

Selon un sondage réalisé auprès de ses membres lundi, 64% des personnes interrogées ont déclaré n’avoir remarqué “aucun changement” dans leur entreprise à la suite de la guerre commerciale.

Un autre 10% ont déclaré qu’ils étaient “complètement affectés” par la guerre commerciale.

Cependant, de nombreuses entreprises européennes ont déclaré s’attendre à ce que la guerre commerciale soit “de longue durée”, et 10% ont déjà changé de fournisseur.

Au moment de l’enquête, huit autres pour cent avaient déjà délocalisé une partie de leurs activités hors de Chine ou prévoyaient de le faire – principalement ailleurs en Asie du Sud-Est – tandis que 15% avaient retardé leurs décisions d’investissement ou d’expansion en raison de la guerre commerciale.

Ce chiffre était en hausse par rapport à 6% depuis l’enquête précédente en janvier.

Le rapport, qui a interrogé 174 entreprises en Chine, a été achevé en septembre et est publié alors que la Chine et les États-Unis continuent de négocier un moyen de parvenir à un accord commercial de “phase un”.

En l’absence de tout accord, Washington menace d’imposer le 15 décembre des surtaxes douanières supplémentaires de 15%, qui s’appliqueront aux produits chinois qui ont jusqu’à présent été épargnés, notamment les téléphones portables et les vêtements de sport.

Ils représentent quelque 160 milliards de dollars (135 milliards d’euros) d’importations annuelles.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business