Étude SFAM : le nettoyage de son mobile, une tendance d’avenir ?

0

D’après une étude SFAM, même s’ils ont conscience que leur mobile est infesté de bactéries et de microbes, seuls deux Français sur cinq affirment le nettoyer régulièrement. Un constat qui pourrait évoluer dans les prochains mois, en raison de l’épidémie de Covid-19.

Alors qu’une autre étude effectuée début 2020, menée là encore par SFAM/Ipsos, constatait que les Français étaient pour le moins accrocs à leur mobile – les plus de 18 ans y passeraient en effet près de 2h20 par jour, l’étude SFAM publiée fin mars fait quant à elle état d’un manque d’hygiène concernant cet objet du quotidien : près de deux Français sur cinq avouent ainsi ne jamais nettoyer leur mobile quand pas moins d’un sur dix confie que cette idée ne lui a jamais traversé l’esprit.

Une réalité qui pourrait bien changer. La tendance étant plus que jamais à l’hygiène, dans le but de stopper la propagation du Coronavirus, le nettoyage de son smartphone pourrait bien devenir un rituel quotidien. D’autant que les techniques de nettoyage ne manquent pas, comme le rappelle SFAM sur son blog. Tissu microfibre, nettoyant spécialiser, changement, écran comportant des agents antibactériens… attention tout de même à veiller à ne pas endommager son précieux mobile.

L’alcool ou les solutions désinfectantes que tout le monde s’arrache depuis quelques mois ne sont ainsi pas recommandés pour le nettoyage de son écran. A contrario, un chiffon avec un peu d’eau savonneuse fera le travail. Et ça tombe bien, il n’y a rien de mieux pour se débarrasser du Covid-19.

Opportunité business

Comme on pouvait s’y attendre, cette nouvelle tendance à l’hygiène, qui s’applique au mobile mais s’étend aussi largement, a été perçue comme une opportunité business par un certain nombre d’entreprises. Alors que l’OMS craint que le port du masque devienne obligatoire et systématique à l’avenir, le marché de l’hygiène paraît en effet colossal.

Avec de nouvelles problématiques auxquelles répondre : « aujourd’hui, la quasi-totalité des procédures d’hygiène et de désinfection se font avec de la chimie et principalement des produits à base de chlore, alcool, formaldéhydes, ammonium quaternaire… », confie BIO-UV Group, premier fabricant français d’appareils de traitement de l’eau par ultraviolets.

Or, ces différentes techniques peuvent être dommageables pour la santé et l’environnement. Raison pour laquelle BIO-UV entend proposer des solutions efficaces, mais aussi respectueuses de la santé des individus. Si, jusqu’à présent, la plupart des entreprises qui se sont engouffrées dans ce marché n’ont pas eu à effectuer un virage à 180°, d’autres devraient bientôt chercher à se réinventer en surfant sur cette nouvelle tendance prometteuse.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business