E-Santé : la transformation numérique du secteur en ordre de marche

0

Groupes d’assurances et de mutuelles, La Poste ou encore l’Institut Curie, tous se retrouvent de concert dans la course à la e-santé ou la santé 2.0, qui permet à leurs différents abonnés de prendre soin d’eux au jour le jour. Et cela ne fait que commencer…

L’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, définit la e-santé comme l’ensemble des services numériques au service du bien-être de la personne. On y retrouve notamment les applications, les logiciels, les systèmes d’information hospitaliers, à ne pas confondre avec la télémédecine qui elle, se concentre sur les pratiques médicales à distance, via des technologies numériques. Mais l’une comme l’autre sont des phénomènes en pleine expansion ces dernières années, car elles permettent pour les patients un suivi et une prise en charge davantage au point que les voies traditionnelles. Et elles ne restent pas cantonnées au sacro-saint milieu médical, puisqu’elles se développent désormais dans de nombreux secteurs de la vie de tous les jours.

 

Audiens, Vyv, MNH… ces assurances qui sont aux premières loges

Le milieu de l’assurance et des mutuelles est depuis longtemps pionnier sur l’e-santé. Le groupe Audiens de protection sociale des professionnels de la culture, des médias et de la communication, a ainsi su saisir la balle au bond de la santé 2.0. Il a ainsi présenté le 18 janvier dernier une offre d’e-santé à destination de ses quelques 100 000 assurés, mise en place depuis le 1er janvier 2018. A savoir, la signature de deux partenariats. L’un avec Médecin Direct, un site de consultation médicale à distance 24h sur 24 et 7 jours sur 7, par téléphone ou visioconférence avec un généraliste du Conseil national de l’ordre des médecins, habilité à émettre une ordonnance. Second partenariat, Deuxième Avis, un site qui permet aux patients atteints d’une maladie grave ou rare, d’obtenir une seconde opinion en envoyant leurs dossiers médicaux par courriel au médecin de leur choix. Ce dernier leur envoie alors leur avis détaillé en moins d’une semaine.

Une véritable rupture technologique avec les circuits traditionnels. Mais le groupe Audiens n’est pas le seul à avoir suivi le train en marche. C’est également le cas de Vyv qui regroupe les mutuelles MGEN, Istya et Harmonie, mais aussi de MNH Group et son million d’assurés. « La diversification est devenue notre priorité, y compris en matière de prévoyance : consolidation, construction d’un modèle intégré, accélération de la e-santé »1 a ainsi déclaré Gérard Vuidepot, président du MNH Group début janvier. « Ces transformations s’imposent (…) pour amortir et anticiper les ruptures technologiques majeures en cours, e-santé en tête ».

La santé au quotidien

L’e-santé touche également des acteurs moins traditionnels.

La Poste a ainsi choisi de se lancer dans ce secteur avec la création d’un carnet de santé numérique, présenté lors du dernier Consumer Electronic Show de Las Vegas. Intitulé La Poste e-Santé et disponible depuis le 9 janvier, cette application téléchargeable facilement sur Apple et Google Play, a la possibilité d’être reliée à différents appareils de santé connectés : thermomètres, pèse-personnes ou encore tensiomètres. Les données collectées permettent au propriétaire de ce carnet de santé 2.0 d’être alerté du moindre paramètre non-conforme et de suivre sa condition physique au quotidien. Un service mis en place « dans une perspective de mieux être, de prévention ou de surveillance médicale spécifique » précise le groupe2. Une application conçue par des professionnels de la santé qui permet de partager avec le praticien de son choix, ses données personnelles, notamment pour un suivi post-opératoire, ainsi que d’afficher sur son téléphone, les rappels de ses vaccins.

En tout, on peut dénombrer plus de 50 000 applications médicales actuellement en cours, améliorant au quotidien le suivi médical et la transmission d’informations entre médecins et patients. L’Institut Curie n’est pas en reste, puisqu’il a également développé les siennes qu’il va présenter entre le 26 et le 28 janvier prochains, lors de la Journée nationale de l’Innovation en santé à la Cité des Sciences de Paris. On retrouvera par exemple l’Applichimio qui permet aux patients suivis pour un cancer, d’évaluer les effets secondaires de leurs traitements thérapeutiques et d’agir en conséquence. Quant à l’application myCurie, elle va permettre à ses utilisateurs de bénéficier d’informations précises sur leurs soins en cours, avec planning partagé avec des médecins et informations pratiques.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business
Assign a menu in the Left Menu options.
Assign a menu in the Right Menu options.