Le marché des bureaux parisiens dynamisé par le Brexit et l’activité économique

0

Les demandes de bureaux dans la région parisienne ont augmenté au premier trimestre à leur plus haut niveau depuis 2006, grâce à l’amélioration de la croissance économique, ont montré ce lundi 9 avril les données d’Immostat.

Un taux d’inoccupation historiquement bas depuis le Brexit

Avec une croissance de l’économie française de 2% et un chômage à son niveau le plus bas depuis neuf ans, la confiance des entreprises a stimulé la demande d’espaces de bureaux dans la ville, notamment en raison du Brexit.

La prise pour occupation des bureaux en Île-de-France a ainsi progressé de 13% au premier trimestre de l’année par rapport à l’exercice précédent, atteignant 741 800 mètres carré, selon les données de l’organisme Immostat qui compile les statistiques directement auprès des sociétés immobilières.

« Tous ces bons résultats s’expliquent par une activité économique robuste », a déclaré Eric Siesse, directeur de BNP Paribas Real Estate dans un communiqué.

Le coût moyen de la location d’espaces neufs ou rénovés dans la région a augmenté de 5% sur l’année pour atteindre 381 euros par mètre carré, son plus haut niveau depuis le troisième trimestre 2012, en raison d’une forte activité locative et de faibles taux de disponibilité.

À Paris, le taux d’inoccupation est ainsi de 2,6%, un niveau historiquement bas, a indiqué BNP Paribas Real Estate. L’espace disponible est particulièrement bas dans le quartier central des affaires de la capitale française autour de l’avenue des Champs Elysées.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.