Blockchain : les ambitions du gouvernement revues à la hausse

0

Le lancement de Chain Accelerator, un nouvel accélérateur européen de la blockchain à Paris cette semaine est l’un des nombreux indicateurs de l’évolution spectaculaire du climat des technologies de crypto-monnaie en France au cours des derniers mois.

Un discours radicalement différent

Chain Accelerator, qui prétend être le plus grand accélérateur d’Europe dédié aux startups dédiées à la blockchain, sera basé à la station F, l’incubateur d’entreprises géant ouvert l’été dernier.

Cet accélérateur espère attirer des startups de la blockchain du monde entier.

« A l’heure où le président et le gouvernement veulent faire de Paris la capitale des OIC, Chain Accelerator se positionne comme un acteur clé », a déclaré le cofondateur Nicolas Cantu, dans un communiqué.

Nicolas Cantu exagère à peine lorsqu’il affirme que le gouvernement du président Emmanuel Macron veut faire de Paris une terre d’accueil pour la révolution de la crypto-monnaie.

Ce qui reste surprenant néanmoins, c’est que cette percée voulue des usages des technologies blockchain par le gouvernement intervient moins d’un an après que le ministre des Finances, Bruno Le Maire, ait exprimé son profond scepticisme sur les crypto-monnaies et appelé les autres grands partenaires économiques à envisager des réglementations strictes.

Un an aura donc suffit à Bruno Le Maire pour changer son fusil d’épaule et adopter un discours totalement différent. En mars, le ministre a en effet rédigé un éditorial pour un blog dédié aux startups françaises dans lequel il écrit : « Une révolution est en cours, dont le Bitcoin n’était que le précurseur. La blockchain offrira des opportunités sans précédent pour nos startups. »

Bruno Le Maire a annoncé qu’il avait nommé une commission pour trouver des moyens de construire «un cadre juridique efficace» pour encourager les « offres initiales de monnaie » (ICO pour « Initial Coins Offering») et attirer les entrepreneurs spécialisés dans les cryptomonnaies en France.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.