L’ANSES met en garde contre les risques liés à l’éclairage LED

1

La “lumière bleue” de l’éclairage LED peut endommager la rétine de l’œil et perturber les rythmes de sommeil naturels, a déclaré l’autorité française de la santé.

De nouvelles découvertes confirment les préoccupations antérieures selon lesquelles “l’exposition à une lumière intense et puissante [LED] est” photo-toxique “et peut entraîner une perte irréversible de cellules rétiniennes et une netteté de la vision,” indique l’ANSES dans un communiqué.

Dans un rapport de 400 pages, l’agence recommande de réviser la limite maximale d’exposition, même si ces niveaux sont rarement atteints à la maison ou au travail.

Le rapport établit une distinction entre l’exposition aiguë à la lumière LED de haute intensité et “l’exposition chronique” à des sources d’intensité plus faible.

Même si elle est moins dangereuse, une exposition chronique peut “accélérer le vieillissement du tissu rétinien, contribuant ainsi à une baisse de l’acuité visuelle et de certaines maladies dégénératives, telles que la dégénérescence maculaire liée à l’âge”, conclut l’agence.

La technologie des diodes électroluminescentes longue durée, économe en énergie et peu coûteuse a englouti la moitié des parts de marché de l’éclairage en une décennie et devrait les 60% d’ici la fin de l’année prochaine, selon les prévisions du secteur.

Partager.

Un commentaire

  1. téléviseurs, écrans d’ordinateur, et surtout ampoules LED d’éclairage à basse consommation des locaux professionnels ou commerciaux … émettent des rayonnements de lumière bleue intenses, et de nombreux travailleurs y sont exposés toute la journée.
    Les risques professionnels oculaires les plus préoccupants des diodes électroluminescentes sont relatifs à leur effet toxique sur le cristallin et la rétine, ce qui peut progressivement provoquer un vieillissement précoce de l’œil et en particulier l’aggravation de la survenue à long terme de cataractes, de dégénérescences maculaires liées à l’âge (DMLA) et de glaucomes.
    La « lumière bleue » est aussi source d’éblouissement et de fatigue visuelle et affecte également l’équilibre hormonal en perturbant les rythmes circadiens.
    Des mesures techniques (choix des dispositifs d’éclairage) et organisationnels permettent de réduire les expositions des travailleurs à la lumière bleue des LED.
    De plus, un équipement de protection individuel offre une protection adéquate des yeux : des lunettes ou sur-lunettes à verre protecteur, des écrans permettent de filtrer les rayonnements nocifs de la lumière bleue intense, pour les travailleurs très exposés et/ou photosensibles
    pour plus d’infos : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/eclairage-des-locaux/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=67&dossid=525

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business