La France et l’Irlande menacent de voter contre l’accord UE-Mercosur

0

Les dirigeants français et irlandais ont menacé de voter contre un accord commercial entre l’UE et le bloc commercial sud-américain Mercosur, à moins que le Brésil, où les incendies de forêt continuent de dévaster la forêt amazonienne, prenne ses obligations environnementales plus au sérieux.

Les ravages de la déforestation au profit de l’élevage mis en en cause

Plus tôt cette année, les négociateurs sont parvenus à un accord politique sur un rapprochement commercial entre les deux blocs commerciaux, après 20 ans de négociations qui ont finalement abouti à un résultat.

Des détails plus précis sont encore à l’étude, mais l’alarme a commencé à sonner après que le dirigeant irlandais, Leo Varadkar, a suggéré qu’il pourrait voter contre l’accord. Le président français Emmanuel Macron lui a emboîté le pas vendredi 23 août.

Répondant aux inquiétudes suscitées par les vastes incendies de forêt qui sévissent dans la forêt amazonienne, M. Varadkar a déclaré dans un communiqué : “L’Irlande ne votera aucunement en faveur de l’accord de libre-échange UE-Mercosur si le Brésil ne respecte pas ses engagements environnementaux”.

Dans une déclaration à la veille du sommet du G7 à Biarritz, un porte-parole d’Emmanuel Macron a déclaré que “le président ne peut conclure que le président Bolsonaro lui a menti au sommet d’Osaka”, faisant référence aux assurances qu’il avait données lors du dernier sommet du G20 sur le climat.

“Dans ces conditions, la France s’opposera à l’accord actuel avec le Mercosur”, a ajouté le porte-parole.

Jair Bolsonaro, président d’extrême droite du Brésil, a été accusé d’encourager les exploitants forestiers à allumer des feux et de ne pas affecter suffisamment de ressources pour lutter contre les incendies. Il a affirmé que des groupes environnementaux ont pointé du doigt un incendie criminel pour discréditer son pays.

Des zones de forêt pluviale sont régulièrement incendiées afin de libérer des zones pour l’agriculture pastorale, en particulier par les éleveurs de bétail. Dans le cadre du Mercosur, les exportateurs de viande de bœuf devraient bénéficier d’un quota annuel de 99 000 tonnes, qui ne sera soumis qu’à un droit de douane de 7,5%.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business