Total va commencer à forer au large du Liban le mois prochain

0

Beyrouth souhaite démarrer l’exploration alors qu’elle cherche à réduire sa facture d’importation d’énergie.

Total, compagnie pétrolière française, commencera à forer du gaz dans les eaux de la Méditerranée orientale au large du Liban, alors que le pays cherche à démarrer l’exploration d’hydrocarbures pétroliers.

L’entreprise, qui fait partie d’un consortium composé de l’italien Eni et du russe Novatek, forera un puits dans le bloc 4, attribué en 2017.

“Le lancement de cette licence et sa remise au consortium de Total, Eni et Novatek est la première étape de la découverte de réserves potentielles de pétrole et de gaz au Liban”, a déclaré la ministre libanaise de l’Énergie, Nada Boustani.

Le processus de forage pourrait prendre jusqu’à deux mois, avec deux mois supplémentaires nécessaires pour évaluer la viabilité commerciale de toute découverte potentielle de gaz, a-t-elle ajouté.

Le consortium dirigé par Total a remporté deux blocs au large des côtes lors du premier cycle de licences au Liban organisé sous le gouvernement du Premier ministre intérimaire, Saad Hariri.

Le Liban a l’un des ratios dette/produit intérieur brut les plus élevés au monde, la dette publique atteignant 77 milliards d’euros, soit 150% du PIB. L’aggravation de la crise économique dans le pays a alimenté les manifestations à l’échelle nationale au cours des deux derniers mois. La crise de la dette du pays s’est aggravée ces dernières années, exacerbée par l’incertitude politique, les désaccords internes et le fardeau d’accueillir plus d’un million de réfugiés syriens, soit environ un quart de la population.

Les revenus tirés des gisements de pétrole et de gaz extracôtiers aideraient le pays à consolider ses finances et seraient positifs.

Le cycle de licences et les plans d’exploration et de production sont essentiels pour réduire la facture d’importation d’énergie du pays. Le Liban importe environ 90% de ses besoins énergétiques, qui sont du mazout écologiquement inefficace, pour faire fonctionner les centrales électriques. Cela ne répond toujours pas à la demande et les coupures d’énergie sur une journée allant de trois à neuf heures à travers le pays.

Plusieurs découvertes de grande envergure en Méditerranée au cours des deux dernières années, notamment en Israël, en Égypte et à Chypre, ont fait naître l’espoir d’un rendement similaire au large du Liban. Cependant, un gouvernement absent et des querelles politiques ont bloqué les plans pour poursuivre les travaux d’exploration dans la zone contestée et les efforts pour soumissionner les blocs.

En 2018, le directeur général de Total, Patrick Pouyanné, a déclaré à The National que le consortium resterait à l’écart des eaux contestées par Israël, qui est techniquement en état de guerre avec le Liban.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business