La France veut prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’en février

0

La proposition du gouvernement sera examinée ce week-end, puisque 2,4 milliards d’euros sont annoncés pour aider les hôpitaux à lutter contre la hausse des cas de Covid.

L’état d’urgence sanitaire en France pourrait se poursuivre jusqu’en février si une proposition gouvernementale sur la question est adoptée ce week-end, donnant à l’État des pouvoirs supplémentaires pour lutter contre le Covid-19.

L’état d’urgence sanitaire a été instauré une seconde fois à la fin de la semaine dernière (samedi 17 octobre). Il était précédemment en vigueur au début de l’année où Covid-19 est apparu pour la première fois, du 23 mars au 10 juillet.

Un état d’urgence sanitaire officiel est imposé par décret. Le gouvernement veut maintenant le prolonger jusqu’au 16 février inclus.

La proposition sera examinée lors de deux séances exceptionnelles de l’Assemblée nationale, les samedi et dimanche (24 et 25 octobre). Elle sera ensuite examinée au Sénat.

Selon les règles, le gouvernement a le droit de limiter – et même d’interdire – les déplacements du public, et d’imposer un confinement supplémentaire dans certaines parties du pays, ou dans l’ensemble de celui-ci. Les restrictions sont également autorisées à l’échelle locale.

Plusieurs villes – dont Paris, Montpellier, Toulouse et Grenoble – sont déjà soumises à des conditions strictes – telles qu’un couvre-feu de 21 heures à 6 heures – en raison de la détérioration de la situation sanitaire.

D’autres villes et régions devraient passer au niveau d'”alerte maximale” dans les prochains jours, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Par exemple, le couvre-feu devrait être étendu de la ville de Saint-Étienne, Loire, à l’ensemble du département le vendredi 23, à minuit.

Le directeur de l’Agence Régionale de Santé a déclaré “Les hôpitaux sont soumis à une forte pression, ce qui nous amène à prendre plusieurs mesures. À partir de lundi, toutes les procédures seront reprogrammées, sauf les urgences, afin de libérer les capacités du personnel médical et paramédical, pour faire face à cet afflux de patients”.

Catherine Séguin, préfet de la Loire, a ajouté : “Nous avons, pour l’instant, un triste record de voir parmi les pires niveaux en France. Cela justifie nos mesures un peu sévères… mon objectif est que le couvre-feu s’étende à tout le département à partir de samedi minuit.

“C’est la dernière étape avant un éventuel reconfinement comme nous l’avons vu en mars, que nous devons absolument éviter”.

Le financement des hôpitaux

Les hôpitaux étant toujours sous pression, le gouvernement a également confirmé une injection de 2,4 milliards d’euros de fonds supplémentaires pour aider à poursuivre la bataille contre Covid-19

Le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé le financement dans une interview au journal Les Échos.

Il a déclaré : “Nous faisons cet effort considérable pour la nation, qui nous permet de renforcer les soins en ville, dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite.

“Nous ajoutons 2,4 milliards d’euros supplémentaires pour 2020, afin de permettre aux établissements de faire face à cette deuxième vague avec tous les équipements nécessaires, et d’être indemnisés financièrement pour les activités qu’ils n’ont pas pu réaliser”.

Olivier Véran a ajouté : “J’ai toute confiance dans la capacité des hôpitaux à tenir le coup… mais la vague ne doit pas monter trop haut. C’est pourquoi nous sommes passés en état d’urgence sanitaire”.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business