Le Crédit Agricole met en garde contre les conséquences du deuxième confinement français

0

Les bénéfices de la banque ont baissé au troisième trimestre malgré une meilleure performance de sa banque d’investissement.

Le Crédit Agricole a averti qu’il n’y avait pas de visibilité quant au “bout du tunnel” après la résurgence de la pandémie de coronavirus en Europe, mais a augmenté ses provisions pour créances douteuses dans un niveau plus bas que celui espéré.

La prudence de la banque française est venue du fait que ses bénéfices du troisième trimestre ont chuté de 19 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 977 millions d’euros. Les revenus de la banque ont augmenté de 2 % pour atteindre 5,2 milliards d’euros au cours de la même période.

Bien que les perspectives de l’économie française se détériorent, les résultats du troisième trimestre du Crédit Agricole ont dépassé les prévisions. Les analystes s’attendaient à un bénéfice net de 790 millions d’euros, alors que les revenus de la banque étaient de 4 % supérieurs aux prévisions, selon M. Jefferies.

Les résultats meilleurs que prévu du Crédit Agricole sont en ligne avec ceux de ses pairs européens et américains, les patrons des banques de part et d’autre de l’Atlantique ayant affiché un ton optimiste dans leurs résultats du troisième trimestre, malgré une deuxième vague de la pandémie qui s’accélère.

Mardi, le concurrent du Crédit Agricole, BNP Paribas, a fait état d’une hausse des revenus de négociation, de réserves plus faibles que prévu pour les prêts douteux et a mis de côté la moitié de ses bénéfices pour les paiements aux actionnaires.

Cependant, le Crédit Agricole a déclaré que la crise du coronavirus “n’était pas résolue et avec la deuxième période de confinement, nous n’avons pas de visibilité claire au bout du tunnel”.

La banque a déclaré que son coût du risque s’élevait à 577 millions d’euros au troisième trimestre – 1,7 fois plus qu’au même moment l’année dernière, mais moins que les deux trimestres précédents de cette année et inférieur aux attentes.

Le directeur financier Jérôme Grivet a également déclaré qu’il était trop tôt pour dire si le deuxième blocage en cours en France, ce mois-ci, conduirait à une “explosion du coût du risque” au prochain trimestre.

Un peu plus de 70 % de l’augmentation du provisionnement au troisième trimestre était pour le risque d’aigreur des prêts “principalement lié au provisionnement prudent dans des secteurs sensibles tels que l’aviation, l’hôtellerie, le tourisme, la restauration et certains professionnels”, a déclaré la banque.

 

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business