La France, l’Allemagne et l’Italie sont confrontées à des défis majeurs en matière de capacités de soins intensifs

0

La France, l’Allemagne et l’Italie sont confrontées à des défis majeurs en matière de capacité de soins intensifs cet hiver.

Un nouveau rapport de l’équipe d’intervention COVID-19 de l’Imperial College de Londres, indique que la pandémie a mis à rude épreuve les capacités de santé, en particulier les unités de soins intensifs (USI), les soins aux patients COVID-19 étant une préoccupation majeure de la planification des systèmes de santé pour l’hiver 2020/21.

Les chercheurs affirment qu’il est essentiel de veiller à ce que tous les patients qui ont besoin de soins intensifs, quel que soit leur niveau symptomatique, puissent y accéder pendant cette période.

L’étude estime la capacité de réserve des principales ressources des soins intensifs selon différents scénarios épidémiques en France, en Allemagne et en Italie pour l’hiver 2020/21. Le rapport explore l’effet de la mise en œuvre de stratégies de suppression à différents nombres de patients atteints de COVID-19 dans les USI.

Déficits substantiels de capacité

Les chercheurs donnent un aperçu détaillé des contraintes de capacité potentielles cet hiver en utilisant un modèle de patient à “double demande” (COVID-19 et non-COVID-19), en tenant compte des ressources multiples des USI telles que les lits, les médecins, les infirmières et les ventilateurs.

Sans une atténuation suffisante, l’étude constate que le nombre de patients dans les unités de soins intensifs COVID-19 dépassera celui observé lors du premier pic, ce qui entraînera des déficits de capacité substantiels, dont les lits sont systématiquement les plus limités dans tous les scénarios d’épidémie.

Les confinements mis en œuvre par les autorités, qui se basent sur la capacité des USI, pourraient conduire à une amélioration importante de la capacité de réserve pendant la saison hivernale, la pression étant allégée de manière plus efficace lorsque le confinement est déclenché tôt.

Dans ce scénario, les déficits sont réduits et tous les patients peuvent recevoir un traitement lorsque l’offre hospitalière est augmentée.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business