Le vaccin français sera prêt “dans les prochains mois”, selon l’Inserm

0

Un vaccin contre le Covid-19 de fabrication française sera bientôt prêt à être déployé, selon le directeur de l’institut national de recherche médicale.

“Dans les prochains mois, nous aurons un vaccin français contre le Covid-19”, a déclaré Gilles Bloch, directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), à France Info mercredi matin.

Les essais cliniques du vaccin sont en cours et pourraient être déployés lors de la deuxième phase de la campagne de vaccination, a-t-il ajouté.

Essais cliniques de phase 3

M. Bloch n’a pas voulu s’engager sur une date exacte pour l’arrivée du vaccin sur le marché, mais il a confirmé que les essais étaient déjà passés en phase 3. “Les choses pourraient aller très vite avec la campagne de vaccination”, a-t-il déclaré.

Le responsable de l’Inserm s’est dit confiant dans l’efficacité à long terme du vaccin développé par la France, “face à un virus qui mute tout au long de l’épidémie et qui reviendra probablement en plusieurs vagues”.

“Plusieurs dizaines de vaccins sont en cours de développement ici en France”, dont une dizaine en cours de développement dans les laboratoires de l’Inserm, a précisé M. Bloch.

Pas en tête, mais toujours dans la course

L’échec de la France à produire un vaccin national a suscité de sérieuses questions sur l’état de la recherche médicale nationale. M. Bloch a concédé que la France n’était pas en tête de la course au vaccin Covid, mais qu’elle n’était pas aussi loin que les critiques peuvent le laisser entendre.

“Dès le départ, nous avions des vaccins candidats et des industriels qui les développaient dès le premier trimestre 2020. Cependant, certains événements isolés nous ont conduits à ne pas faire les bons choix tout de suite”, a-t-il expliqué.

L’Inserm développe également des traitements pour le Covid-19, avec un nouvel essai sur une combinaison d’anticorps monoclonaux bientôt lancé.

Malgré l’effort mondial de vaccination, Bloch a déclaré qu’il était encore nécessaire de poursuivre les traitements, car il est peu probable que la maladie disparaisse dans un avenir proche.

“On espère que le vaccin sera adopté par la plus grande partie possible de la population”, a-t-il déclaré à France Info. “Mais il faut se rappeler que nous avons encore un long chemin à parcourir, peut-être même des années, où toute la population ne sera pas protégée et où d’autres cas de Covid apparaîtront”.

“Nous devons avoir une réponse thérapeutique au Covid, y compris pour les cas les plus graves.”

Le vaccin russe Sputnik V rejeté

En attendant que la France produise son premier vaccin national, certains laboratoires pharmaceutiques français ont décidé de participer à la campagne mondiale de vaccination en produisant des vaccins concurrents, comme le vaccin de Pfizer/BoiNTech.

Cependant, le ministère français de l’industrie a déclaré mardi qu’aucune entreprise française n’avait signé de contrat avec la Russie pour produire son vaccin Sputnik V. “Nous n’avons pas identifié de site qui pourrait être utilisé pour la production de ce vaccin.

“Nous n’avons pas identifié de site répondant aux exigences de production du Spoutnik V”, a déclaré un porte-parole du ministère.

La déclaration de mardi semble contredire les commentaires antérieurs du directeur du fonds souverain russe RDIF, qui affirmait que son organisation avait conclu des accords avec des sites de production en Italie, en Espagne, en France et en Allemagne pour la fabrication du vaccin russe.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business