Annonce d’un partenariat entre la France et la Russie dans le domaine de l’hydrogène

0

Le groupe EDF et Rosatom ont signé un accord pour promouvoir conjointement des projets d’hydrogène propre en Russie et en Europe. Rosatom a déclaré que le développement des technologies de l’hydrogène a un rôle important à jouer dans la mise en œuvre de l’accord de Paris, qui vise à maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale en dessous de 2 degrés Celsius d’ici 2100.

Selon Rosatom, l’industrie nucléaire russe dispose d’un important potentiel technologique et de recherche pour développer les principales méthodes de production d’hydrogène – l’électrolyse et la conversion à la vapeur du méthane à l’aide de technologies de capture du CO2. Rosatom a ajouté qu’il se concentrait sur le développement de technologies de production d’hydrogène à faible teneur en carbone, sur son stockage, ainsi que sur la participation à des projets pilotes d’hydrogène en Russie et à l’étranger.

En 2019, le groupe EDF a créé une branche spécialisée – Hynamics – par laquelle il se lancera dans l’industrie de l’hydrogène énergie.

Kirill Komarov, premier directeur général adjoint de Rosatom pour les affaires internationales, a déclaré que la société nucléaire d’État développait “systématiquement” une production sans carbone et ne se limitait pas à ses “compétences sérieuses” en matière d’énergie nucléaire.

“Nous sommes prêts à devenir l’un des principaux acteurs des chaînes émergentes de production, de stockage, de transport et de consommation d’hydrogène au niveau mondial”, a-t-il déclaré. “Dans le contexte des objectifs mondiaux de décarbonisation, l’énergie hydrogène a un potentiel vraiment important pour la coopération internationale. Je suis convaincu que notre coopération avec EDF créera un puissant effet de synergie qui nous permettra de mettre en œuvre avec succès des projets communs en matière d’hydrogène, non seulement en Russie et en France, mais dans le monde entier.”

Béatrice Buffon, directrice du développement international d’EDF, a déclaré : “L’essence du travail de notre entreprise est de créer un avenir énergétique zéro carbone qui protégera la planète et contribuera à la prospérité sociale et économique grâce à l’électricité et à des services et solutions innovants. La production d’hydrogène à faible émission de carbone est l’un des principaux moyens de réaliser la transition énergétique. L’accord avec Rosatom, notre partenaire historique en Russie et l’un des acteurs clés dans le domaine de l’hydrogène ” propre “, démontre clairement l’engagement d’EDF à développer un nouveau modèle énergétique avec les plus faibles émissions de CO2 dans tous les pays et régions où il est présent. ”

Le mois dernier, King Lee, de l’Association nucléaire mondiale, a expliqué lors d’un atelier organisé par la Commission économique des Nations unies pour l’Europe (CEE-ONU) comment l’énergie nucléaire peut être utilisée pour produire de l’hydrogène à faible teneur en carbone grâce à plusieurs procédés efficaces. S’exprimant en tant que vice-président du groupe d’experts de la CEE-ONU sur les systèmes d’électricité plus propres, M. Lee a déclaré que l’énergie nucléaire peut produire de l’hydrogène à faible teneur en carbone de plusieurs manières différentes. Il s’agit notamment de l’électrolyse de l’eau à basse température utilisant l’électricité nucléaire, de l’électrolyse de la vapeur utilisant l’électricité et la chaleur générées par l’énergie nucléaire, et des procédés thermochimiques utilisant la chaleur nucléaire. Il a précisé qu’un autre procédé – le reformage à la vapeur du méthane – n’est pas à faible teneur en carbone, mais l’utilisation de la chaleur nucléaire pour fournir l’énergie thermique nécessaire permettrait de réduire la consommation de gaz naturel d’environ 30 %.

Selon un rapport publié aujourd’hui par la Commission sur les transitions énergétiques (ETC) – Making the Hydrogen Economy Possible : Accelerating clean hydrogen in an electrified economy – une économie à émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d’ici le milieu du siècle devra probablement utiliser environ 500 à 800 millions de tonnes d’hydrogène propre par an, soit 5 à 7 fois plus que l’utilisation actuelle de l’hydrogène. L’ETC comprend plus de 45 dirigeants de producteurs d’énergie mondiaux, d’industries énergétiques, d’institutions financières et de défenseurs de l’environnement.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business