TotalEnergies : le groupe pétrolier française se met au vert

0

Le groupe pétrolier et gazier Total a obtenu plus de 90 % de soutien pour son plan climatique visant à réduire progressivement ses émissions, vendredi, lorsque les actionnaires ont également voté massivement en faveur de son changement de nom en TotalEnergies pour marquer son passage aux énergies renouvelables.

Certains actionnaires avaient fait campagne pour rejeter les objectifs écologiques de Total, les jugeant trop peu ambitieux, faisant ainsi écho à la rébellion croissante des investisseurs dans le secteur.

Les demandes pour que les compagnies pétrolières accélèrent dans la sortie du recours aux combustibles fossiles ont atteint un crescendo cette semaine alors qu’un tribunal néerlandais a ordonné à Royal Dutch Shell (LON:RDSa) d’augmenter considérablement ses réductions d’émissions de gaz à effet de serre et qu’Exxon Mobil (NYSE:XOM) s’est battu avec un investisseur activiste sur son bilan en matière de changement climatique.

La stratégie climatique de Total, qui énonce son objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, a été soutenue par 91,88 % des actionnaires votant lors de son assemblée annuelle.

“Ce résultat est, je pense, la meilleure réponse aux commentateurs qui ont prédit, et dans certains cas même espéré, une rébellion des investisseurs contre l’entreprise, et répond à ceux qui agissent plus comme des activistes que comme des actionnaires”, a déclaré Patrick Pouyanné, président-directeur général.

Le changement de marque, qui prend effet immédiatement, a été soutenu par 99,88% des votes.

Total investit dans un pivot vers les énergies renouvelables avec des projets d’énergie solaire ou éolienne.

Il cherche à tirer des revenus de la production d’électricité et à réduire sa dépendance à l’égard des produits pétroliers, notamment en fixant des objectifs échelonnés jusqu’en 2030, et en reflétant les mesures prises par ses rivaux pour tenter de réduire les émissions.

Un acteur majeur de l’énergie verte

Patrick Pouyanné a déclaré qu’il souhaitait que l’entreprise devienne un “acteur majeur de l’énergie verte”, mais a ajouté qu’un changement plus radical ne serait pas approprié, car l’entreprise doit financer sa transition à partir des revenus tirés des combustibles fossiles.

L’Agence internationale de l’énergie a déclaré que les nouveaux projets de combustibles fossiles doivent cesser cette année si le monde veut atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici le milieu du siècle, un rythme plus rapide que celui envisagé jusqu’à présent par les producteurs de pétrole, dont Total.

“Sans nouveaux projets pétroliers, la production mondiale de pétrole devrait naturellement baisser d’environ 4 à 5 % chaque année”, a déclaré M. Pouyanné lors de l’assemblée des actionnaires, tandis que la demande de pétrole ne devrait commencer à diminuer qu’à partir de 2030. “Sans nouveaux projets pétroliers, il est très probable que les prix du pétrole atteignent de nouveaux sommets”, a-t-il ajouté.

Les organisations non-gouvernementales (ONG) et certains investisseurs critiquent pour leur part contre cette approche qu’ils jugent trop conservatrice.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business