La Russie renforce son influence militaire en Afrique, défiant la domination américaine ou française

0

La Russie remet en question le statu quo en Afrique, utilisant l’insécurité et les différends diplomatiques avec les puissances occidentales comme tremplin pour étendre sa présence sur le continent.

De la Libye au Nigeria, de l’Éthiopie au Mali, Moscou a noué des alliances militaires stratégiques clés et s’est forgé un profil public de plus en plus favorable en Afrique ces dernières années.

L’élément central de cet effort est d’offrir des alternatives aux pays de ce continent qui sont mécontents des partenariats diplomatiques occidentaux.

Le deuxième sommet Russie-Afrique est prévu pour 2022. Lors du sommet inaugural à Sotchi en 2019, le président Vladimir Poutine a juré que la Russie n’allait “pas participer à une nouvelle “répartition” des richesses du continent ; au contraire, nous sommes prêts à nous engager dans une compétition pour la coopération avec l’Afrique.”

Via l’ONU, la Russie a également fourni une aide sous forme de nourriture et d’assistance médicale aux côtés de son soutien commercial, économique et militaire croissant à travers le continent.

La poussée bilatérale de la Russie

Rien qu’au cours des deux derniers mois, la Russie a signé des accords de coopération militaire avec le Nigeria et l’Éthiopie, les deux nations les plus peuplées d’Afrique.

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm estime que l’Afrique a représenté 18 % des exportations d’armes russes entre 2016 et 2020.

Les mercenaires russes ont également fourni une aide directe aux gouvernements en Libye et en République Centrafricaine, selon l’ONU. Cependant, le Kremlin a nié tout lien avec le Groupe Wagner, une organisation paramilitaire accusée par l’ONU d’aider les violations des droits de l’homme dans la région.

“Un groupe d’instructeurs russes a été envoyé en RCA à la demande de ses dirigeants et au su du Comité des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU sur la RCA établi par la résolution 2127”, a déclaré un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères en juillet. “A titre indicatif, aucun d’entre eux n’a pris part à des opérations de combat”.

Reuters a rapporté en juillet que les législateurs américains avaient bloqué une vente d’armes d’un milliard de dollars au Nigeria en raison d’allégations de violations des droits de l’homme par le gouvernement.

Moins d’un mois plus tard, la Russie a signé un accord avec l’administration du président Muhammadu Buhari pour fournir des équipements militaires, des formations et des technologies aux forces nigérianes.

La France se débat au Sahel

La France maintient la plus grande présence et le plus grand nombre de troupes que toute autre ancienne puissance coloniale en Afrique, notamment avec 5 100 soldats au Sahel, où la zone frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger est devenue un foyer de violence.

Le président français Emmanuel Macron a soutenu une transition dirigée par l’armée du président tchadien Idriss Déby, tué dans une bataille avec les forces rebelles en avril, à son fils. La France a opté pour cette stratégie en dépit d’un viol de la constitution du pays. Le résultat a été sans surprise : de nombreuses manifestations anti-françaises ont eu lieu dans le pays, allant même jusqu’au vandalisme d’une station-service Total.

Toutefois, lorsque le colonel Assimi Goïta a établi un régime militaire au Mali, M. Macron a dénoncé le coup d’État et suspendu une opération militaire conjointe avec l’armée malienne. Les manifestations qui ont suivi étaient également hostiles à la France, tandis que des drapeaux et des affiches russes étaient visibles.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business