La France mise sur le nucléaire pour faire face à la crise énergétique en Europe

0

Emmanuel Macron annonce un investissement d’un milliard d’euros d’ici 2030, alors que l’opinion publique et politique change.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que la France investirait 1 milliard d’euros dans l’énergie nucléaire d’ici la fin de la décennie, la crise énergétique en Europe suscitant un regain d’intérêt pour cette source d’énergie controversée.

“L’objectif numéro un est de disposer de petits réacteurs nucléaires innovants en France d’ici 2030, ainsi que d’une meilleure gestion des déchets”, a-t-il déclaré lors de l’annonce du plan d’investissement “France 2030”, mardi.

La France est un bastion de l’énergie nucléaire en Europe, avec plus de 70 % de son électricité provenant de centrales nucléaires. Cependant, après l’explosion désastreuse de 2011 dans une centrale à Fukushima, au Japon, et d’importants dépassements de coûts dans une nouvelle centrale à Flamanville, dans le nord-ouest de la France, la fierté nationale concernant la capacité nucléaire de la France s’est érodée.

Au début de son mandat, M. Macron avait annoncé son intention de fermer 14 réacteurs et de réduire la contribution du nucléaire au mix énergétique français de 75 à 50 % d’ici 2035.

Mais l’humeur a maintenant changé. Macron a déclaré mardi qu’il commencerait à investir dans de nouveaux projets nucléaires “très rapidement”.

“Nous continuerons à avoir besoin de cette technologie“, a-t-il déclaré.

L’approbation des centrales nucléaires est également un moyen pour Macron de montrer ses références pro-nucléaires alors qu’un certain nombre de ses challengers les plus probables à l’élection présidentielle de l’année prochaine font pression pour plus d’investissements.

“Le nucléaire revient au centre du débat sur l’énergie en France, et ce, beaucoup plus rapidement que je ne l’aurais cru”, a déclaré Denis Florin, associé chez Lavoisier Conseil, un cabinet de conseil en gestion axé sur l’énergie.

Ses défenseurs affirment que la disponibilité et la prévisibilité de l’énergie nucléaire ont fait leurs preuves dans un contexte de flambée des prix du gaz, alors que les énergies renouvelables restent volatiles et difficiles à stocker. Ces avantages, qui ont protégé les entreprises industrielles et les consommateurs français des hausses de prix les plus sévères observées dans d’autres régions d’Europe, commencent à l’emporter sur les préoccupations persistantes en matière de sécurité.

Environ 25 % de l’électricité française est vendue à un prix réglementé de 42 euros par mégawattheure (MWh). Le reste est soumis aux prix du marché et, plus particulièrement, à un mécanisme de tarification européen qui prévoit que les pays paient la dernière unité d’énergie consommée – normalement le gaz – ce qui a suscité une certaine frustration chez les consommateurs français.

Bruno Le Maire, ministre français des finances, a préconisé une révision complète du mécanisme de tarification de l’électricité en Europe, qui, selon lui, empêche injustement les citoyens français de bénéficier pleinement de la capacité nucléaire du pays.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business