Conflit de pêche : la France menace de bloquer les ports et de ralentir les contrôles douaniers

0

Selon le Telegraph, les autorités britanniques craignent que la France n’envenime le conflit post-Brexit sur les droits de pêche.

Jean Castex, le Premier ministre français, dévoilera une série de mesures de rétorsion si les pêcheurs français ne bénéficient pas d’un meilleur accès aux eaux côtières du Royaume-Uni.

Ces mesures pourraient consister à couper l’approvisionnement en énergie du Royaume-Uni et de Jersey et à empêcher la flotte de pêche britannique d’entrer dans les ports français.

Les dirigeants de la pêche française menacent déjà d’arrêter les expéditions à destination et en provenance de Calais à partir de samedi matin.

Cela ne pourra être évité que s’ils obtiennent davantage de permis pour opérer au large des côtes britanniques.

La France est furieuse que le Royaume-Uni n’ait approuvé que 15 permis sur 47 demandes pour les petits bateaux de pêche français souhaitant opérer entre 6 et 12 miles de ses côtes.

M. Castex avertira les négociateurs européens et britanniques qui débattent de la question qu’ils ont jusqu’à minuit vendredi pour résoudre le problème.

Si aucun accord n’est trouvé, il déclenchera son plan de représailles.

La dispute qui s’ensuivra accentuera le fossé qui se creuse entre les deux pays, qui se sont récemment affrontés au sujet des traversées de la Manche par les migrants et de l’accord sur les sous-marins “Aukus“, qui a été conclu en décembre 2008.

La France pourrait également imposer une stratégie de ralentissement des contrôles douaniers sur les expéditions à destination et en provenance du Royaume-Uni avant Noël.

Le pays pourrait demander à ses douaniers d’effectuer davantage de contrôles physiques sur les envois entre la Grande-Bretagne et la France.

Cela créerait des arriérés qui entraveraient gravement le commerce entre les deux pays.

Les entreprises pourraient également se voir imposer de nouvelles surtaxes pour payer les contrôles plus rigoureux à la frontière française.

Toutefois, il est peu probable que la France obtienne le soutien de la Commission européenne ou des pays de l’UE pour frapper les exportations britanniques de tarifs douaniers.

D’aucuns pensent que le président Emmanuel Macron utilise ce différend dans le cadre de sa campagne de réélection en vue du scrutin présidentiel de l’an prochain.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business