L’Italie est discrètement devenue l’un des plus féroces ennemis des GAFA

0

Lorsque l’autorité italienne de régulation de la concurrence a infligé une lourde amende de 1,13 milliard d’euros à Amazon le mois dernier, il ne s’agissait que de la dernière salve d’une série de mesures prises à l’encontre d’un géant de la Big Tech.

L’autorité de surveillance, Autorita Garante della Concorrenza e del Mercato, a intensifié ses actions au cours de l’année dernière avec une série de décisions contre le géant du commerce électronique, Google d’Alphabet et Meta, propriétaire de Facebook, pour n’en citer que quelques-unes.

Dans le cas de la dernière amende infligée à Amazon, le régulateur a reproché à la société d’encourager les vendeurs italiens à utiliser son propre service logistique, Fulfilment by Amazon, ce qui, selon l’organisme de surveillance, constitue un abus de position dominante. Une accusation qu’Amazon nie.

Renaud Foucart, maître de conférences en économie à l’université britannique de Lancaster, a déclaré à CNBC que la sanction pécuniaire substantielle prononcée à cette occasion s’inscrit dans une tendance des régulateurs nationaux à agir contre les entreprises de la grande technologie, car les enquêtes plus larges menées au niveau européen peuvent être “très lentes”.

“Les régulateurs nationaux veulent montrer qu’ils sont actifs, qu’ils font réellement quelque chose”, a-t-il déclaré.

L’AGCM a été très active. Tout au long de l’année 2021, elle a infligé plusieurs amendes à de grandes entreprises technologiques américaines. Dans une affaire distincte, elle a infligé une amende à Amazon et Apple pour une coopération anticoncurrentielle présumée. Elle a infligé à Google une amende de 102 millions d’euros pour “abus de position dominante” concernant son logiciel automobile et, en février, elle a infligé à Facebook une amende de 7 millions d’euros pour son utilisation des données.

Les sanctions varient considérablement en termes d’ampleur, mais elles véhiculent un message similaire : Les régulateurs nationaux prendront des mesures sur leur marché national.

Mais les régulateurs comme l’AGCM ne resteront pas sans contestation de leurs décisions. Amazon a riposté à l’ordonnance et prévoit de faire appel de l’amende de 1,28 milliard de dollars.

“L’amende et les mesures correctives proposées sont injustifiées et disproportionnées”, a déclaré un porte-parole.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business