Emmanuel Macron appelle à davantage de sanctions énergétiques alors que l’Ukraine accuse la Russie de crimes de guerre

0

Nous ne pouvons pas laisser passer cela”, déclare le président français, après les informations selon lesquelles les troupes russes ont assassiné et violé des civils ukrainiens.

Le président français Emmanuel Macron a appelé lundi à davantage de sanctions visant l’énergie russe, en particulier le charbon et le pétrole, après des rapports selon lesquels les forces russes ont commis des crimes de guerre contre des civils en Ukraine.

“Ce qui vient de se passer à Bucarest nécessite une nouvelle série de sanctions et des mesures très claires”, a déclaré Macron à la station de radio France Inter. “Je suis favorable à ce qu’il y ait un ensemble de sanctions, notamment sur le charbon et le pétrole, dont nous savons qu’ils sont particulièrement douloureux. Je veux que nous soyons en mesure d’agir.”

Les informations du week-end selon lesquelles les forces russes ont massacré et violé des civils ukrainiens dans des villages et des villes près de Kiev, dont Buca, ont suscité des appels à des sanctions plus sévères contre Moscou.

Macron a déclaré que la France allait “se coordonner avec nos partenaires européens, notamment l’Allemagne”, mais aussi “prendre des mesures individuelles supplémentaires.”

Le ministre allemand de l’économie et du climat, Robert Habeck, a continué dimanche à exclure une interdiction immédiate du pétrole, du gaz et du charbon russes, affirmant que cette mesure nuirait davantage à l’UE qu’à Moscou.

Mais la ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, a demandé qu’une éventuelle interdiction du gaz russe soit discutée au niveau de l’UE. “Il doit y avoir une réponse”, a-t-elle déclaré. “De tels crimes ne doivent pas rester sans réponse”.

Le nouveau train de sanctions du bloc devrait être discuté lors d’une réunion des ministres des finances de l’UE à Luxembourg lundi et mardi, a déclaré lundi un responsable du ministère français de l’économie.

“Toutes les options sont sur la table”, a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que la Commission européenne pourrait également profiter de la réunion pour informer les ministres sur “les pistes qu’elle envisage en termes de sanctions supplémentaires.”

Macron a déclaré à France Inter qu’il y avait “des indications très claires de crimes de guerre” à Bucarest et que les responsables “devront en répondre.”

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business