Marine Le Pen s’oppose aux sanctions sur le gaz russe

0

“L’utilisation de cet instrument reviendrait à sanctionner le peuple français, les entreprises françaises, l’économie française qui aurait besoin d’années pour se rétablir”, a déclaré Mme Le Pen.

La candidate d’extrême droite à l’élection présidentielle française, Marine Le Pen, a déclaré mardi qu’elle ne soutenait pas les sanctions contre l’approvisionnement en pétrole et en énergie de la Russie, prévenant qu’elles pourraient se retourner contre elle et s’avérer préjudiciables à l’économie de la France. “Je ne veux pas que les Français soient confrontés aux conséquences sur le coût de la vie de décisions visant à arrêter les importations de pétrole et de gaz”, a déclaré Mme Le Pen dans une interview à la radio France Inter.

Elle avait également suggéré plus tôt que la France devrait être “équidistante” entre la Russie et les États-Unis et avait exprimé son admiration pour le dirigeant russe Vladimir Poutine. Mme Le Pen avait déjà suscité une vive réaction en insistant sur le fait que l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014 n’était pas “illégale”.

Dans une interview accordée à la chaîne française BFM TV, le leader d’extrême droite français a semblé soutenir le Kremlin qui réprimande “l’autre partie” pour le différend de longue date entre les liens Est-Ouest. Son parti, le Front national, a également été mis en cause pour ses liens avec des financiers soutenus par la Russie. Lorsqu’elle était candidate à l’élection présidentielle française d’avril, Mme Le Pen a déclaré : “Je ne suis absolument pas d’accord pour dire qu’il s’agissait d’une annexion “illégale”, mais un référendum a été organisé et les habitants de Crimée ont choisi de rejoindre la Russie.”

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business