Le syndicat français des renouvelables estime que la stratégie énergétique de Marine Le Pen constitue un pas en arrière

0

Le programme énergétique de Marine Le Pen représenterait un retour en arrière si la candidate d’extrême droite remporte les élections présidentielles en France, a déclaré un groupe représentant l’industrie des énergies renouvelables.

“Ce serait un grand pas en arrière pour notre pays et pour le climat, en augmentant nos émissions de gaz à effet de serre et nos importations de combustibles fossiles, aux dépens des contribuables et des consommateurs les plus précaires”, a déclaré le Syndicat français des énergies renouvelables (SER) dans un communiqué jeudi.

L’équipe de Mme Le Pen n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le SER, qui compte parmi ses 450 membres l’électricien public français EDF (EDF.PA), le groupe énergétique Engie (ENGIE.PA) et la major pétrolière TotalEnergies (TTEF.PA), a ajouté que la politique de Mme Le Pen entraînerait des pertes d’emplois et des faillites pour les entreprises de transition énergétique.

Mme Le Pen, qui a placé le nucléaire au cœur de sa campagne, a proposé de démanteler les parcs éoliens français existants et de réduire les subventions aux énergies éolienne et solaire, ce qui éloignerait le membre de l’Union européenne de la stratégie énergétique du bloc.

Mercredi, Mme Le Pen a déclaré que si la crise climatique ne serait pas une priorité de sa politique étrangère, elle ne quitterait pas l’accord de Paris sur le climat de 2015 visant à réduire les émissions de CO2.

Le président Emmanuel Macron, rival de Mme Le Pen au second tour de l’élection présidentielle du 24 avril, a déclaré qu’il promouvrait les énergies renouvelables comme une opportunité de créer des emplois s’il était réélu.

Mais de nombreux écologistes et opposants politiques ont également critiqué son programme, estimant qu’il n’était pas assez ambitieux.

Le SER a déclaré que la stratégie énergétique de M. Macron, qui repose également sur le lancement de nouveaux réacteurs nucléaires, était meilleure que celle de Mme Le Pen “en comparaison”, même si tout dépend des mesures qui seront prises.

Les États membres de l’UE se sont tournés vers les énergies renouvelables pour se sevrer du gaz russe après que l’Occident a imposé des sanctions de grande envergure suite à l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business