La fin de l’approvisionnement en gaz russe pourrait avoir un impact sur l’économie française

0

Bruno Le Maire se dit déterminé à “ne pas ajouter une crise économique à la crise énergétique”.

Le ministre français des Finances et de l’Économie Bruno Le Maire a averti mardi qu’une coupure complète des exportations de gaz russe vers la France, combinée à un hiver difficile, pourrait avoir un impact sur l’économie du pays.

“Nous devons anticiper la possibilité d’une coupure complète des exportations de gaz russe vers la France… Nous devons préparer un scénario dans lequel nous aurions un hiver particulièrement rigoureux”, a-t-il déclaré, s’adressant aux médias à Paris en marge de l’université d’été du Medef, selon les informations de BFMTV.

Il a ajouté que ces facteurs détermineraient le “rationnement de l’énergie pour les entreprises”, mais que ce serait le dernier recours, car il est déterminé à “ne pas ajouter une crise économique à la crise énergétique”.

Sa déclaration fait suite à l’annonce faite plus tôt dans la journée par la société énergétique française Engie, selon laquelle la société énergétique russe Gazprom réduira ses livraisons de gaz en raison d’un “désaccord entre les parties sur l’application des contrats.”

Engie a déclaré avoir déjà sécurisé l’approvisionnement en gaz de la France et pris des mesures pour réduire considérablement les impacts de l’interruption des livraisons de gaz par Gazprom.

“Chacun d’entre nous doit comprendre qu’il sera nécessaire de réduire sa consommation d’énergie à la maison, dans les transports, dans les entreprises, dans les administrations et dans les commerces”, a déclaré M. Le Maire.

Pour faire face à la crise énergétique, le gouvernement tiendra vendredi un Conseil de défense qui sera présidé par le président Emmanuel Macron pour discuter de l’approvisionnement de la France en gaz et en électricité.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business