Un différend franco-allemand menace de déséquilibrer l’UE

0

Un responsable allemand évoque des “problèmes logistiques” et des désaccords sur le contenu d’une déclaration franco-allemande.

Lorsque la France et l’Allemagne ne parviennent pas à s’entendre, c’est toute l’Union européenne qui a un problème.

C’est ce qui se passe actuellement, puisque Berlin et Paris ont dû reporter un sommet bilatéral attendu de longue date, en raison d’un désaccord embarrassant sur des domaines politiques clés tels que la défense et l’énergie. Alors que la guerre fait rage en Ukraine, le moment ne pourrait être plus mal choisi.

Un jour seulement avant un sommet crucial du Conseil européen qui se tiendra à Bruxelles jeudi et vendredi, au cours duquel les dirigeants européens devraient s’affronter sur la manière de réagir à la flambée des prix de l’énergie, l’Allemagne et la France ont annoncé que leur conseil ministériel franco-allemand annuel, qui devait se tenir mercredi prochain à Fontainebleau, au sud de Paris, serait reporté au mois de janvier.

Officiellement, les deux parties affirment que des “difficultés liées à l’agenda de certains ministres” sont à l’origine de l’ajournement surprenant de leur réunion bilatérale de cabinet, la première occurrence de ce type de format de haut niveau depuis que le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a pris ses fonctions l’année dernière.

Au moins cinq des ministres de M. Scholz, dont la ministre des affaires étrangères Annalena Baerbock, s’étaient plaints en interne du fait que mercredi prochain serait tombé dans une semaine rare où ils auraient pu prendre des vacances avec leurs enfants puisque ceux-ci seront en congé scolaire. Ce raisonnement semble toutefois peu convaincant lorsque la guerre fait rage sur le continent. La raison réelle de ce report tient à des divergences importantes sur les questions d’énergie et de défense, qui ont rendu difficile l’accord des deux parties sur une déclaration commune qu’elles avaient prévu de signer.

“Dans certains dossiers, nous ne sommes pas encore prêts à être sur la même ligne. Par conséquent, sachant cela, nous avons dit qu’il serait préférable de faire [le conseil ministériel]en janvier, lorsque nous sommes également présents avec tous les ministres importants”, a déclaré un responsable allemand, ajoutant que “nous sommes en train de trouver une [nouvelle]date.”

Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron pourraient tout de même avoir un tête-à-tête à Paris mercredi prochain, a ajouté le responsable allemand. Les deux dirigeants se rencontreront également à Bruxelles ce jeudi, avant un sommet des dirigeants européens.

Des responsables des deux côtés ont déclaré que les négociations entre Paris et Berlin avaient été particulièrement difficiles sur les questions énergétiques – comme l’opportunité de construire le projet de pipeline Midcat allant de la péninsule ibérique à l’Europe du Nord. L’Allemagne considère ce projet comme une voie alternative vitale pour acheminer le gaz nord-africain en Europe, maintenant que la Russie n’est plus un fournisseur fiable.

Les deux pays sont également en désaccord sur la demande de la France d’introduire des plafonds de prix pour le gaz et l’électricité et sur les questions de défense, comme le développement conjoint de l’avion de combat FCAS (Future Combat Air System).

L’approche unilatérale de l’Allemagne consistant à injecter jusqu’à 200 milliards d’euros dans l’économie allemande afin d’atténuer l’impact de la flambée des prix de l’énergie a également suscité la colère de la France, qui estime que Berlin aurait dû consulter ses alliés au sujet de paiements aussi massifs, susceptibles de fausser le marché intérieur.

Un fonctionnaire de l’Élysée a confirmé que la défense et l’énergie étaient deux domaines où des progrès étaient nécessaires et que M. Macron et M. Scholz fixeraient la date de leur prochaine rencontre bilatérale lorsqu’ils se rencontreront à Bruxelles jeudi.

Les réunions conjointes des gouvernements franco-allemands ont lieu depuis 2003 au moins une fois par an, mais ont été annulées en 2020 et ne se sont tenues que par vidéoconférence en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus. Les attentes pour la réunion de cette année avaient été particulièrement élevées, car il s’agirait de la première réunion en personne des deux gouvernements depuis trois ans. Les deux parties avaient également exprimé un vif intérêt pour le renforcement de la coopération, notamment dans le domaine de la défense, où le manque d’autonomie de l’Europe a été mis à nu par la guerre en Ukraine.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business