La France pousse les géants de l’industrie à réduire leur empreinte carbone

0

Alors que le sommet sur le climat Cop27 débute ce week-end en Égypte, le président français Emmanuel Macron a invité les grandes entreprises françaises à une réunion pour les encourager à accélérer la réduction de leur empreinte carbone. Cette invitation intervient alors que Greenpeace accuse la compagnie pétrolière et gazière française TotalEnergies de sous-déclarer ses propres émissions.

M. Macron a invité les représentants d’une cinquantaine d’entreprises industrielles parmi les plus importantes – et les plus polluantes – de France à une réunion au palais de l’Élysée la semaine prochaine afin de discuter de la réduction de leurs émissions, tout en les encourageant à maintenir leurs activités en France.

Selon la radio France Info, M. Macron a l’intention de rassurer des entreprises comme TotalEnergies, Lafarge et Saint Gobain sur le fait que l’État les soutiendra face à la hausse des coûts énergétiques, tout en les incitant à développer rapidement des énergies plus vertes, comme l’hydrogène vert.

L’objectif est d’encourager ces entreprises à poursuivre leurs activités en France plutôt que de partir dans d’autres pays où les réglementations environnementales sont moins strictes.

Émissions “sous-déclarées”

Pendant ce temps, Greenpeace France a déclaré mercredi que TotalEnergies, l’un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz au monde, a considérablement sous-déclaré ses émissions de carbone en 2019.

L’organisation de défense de l’environnement a déclaré qu’en utilisant les données de production et d’échange disponibles au public, elle a constaté que les émissions de carbone de TotalEnergie en 2019 étaient près de quatre fois supérieures à ce qu’elle avait déclaré.

Greenpeace France a déclaré que les activités principales de TotalEnergies avaient généré environ 1,64 milliard de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone en 2019, alors que l’entreprise a déclaré 455 millions de tonnes dans son propre bilan carbone.

“S’il est impossible de savoir quels volumes TotalEnergies minimise ou exclut de son reporting, il est clair que le groupe sous-déclare massivement le scope 3”, a déclaré Greenpeace France, faisant référence aux émissions indirectes à travers la chaîne de valeur.

TotalEnergies a contesté les chiffres de Greenpeace, qualifiant sa méthodologie de “douteuse”.

“Greenpeace effectue des calculs qui ne tiennent pas compte de l’intégration de TotalEnergies tout au long de la chaîne de valeur du pétrole et du gaz”, a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

Le groupe de campagne “compte donc plusieurs fois les émissions liées à la combustion des produits sur chaque chaîne de valeur”.

Accusations de greenwashing

TotalEnergies a essayé de redorer son blason en se lançant dans les énergies renouvelables et en mettant l’accent sur l’abandon des activités centrées sur le carbone, ce qui lui a valu d’être accusé de blanchiment écologique par Greenpeace et d’autres organisations.

TotalEnergies s’est engagé à atteindre des émissions de carbone “nettes” d’ici 2050, ce qui, selon François Chartier, responsable de la campagne pétrolière de Greenpeace France, est “carrément irréaliste” au vu des nouvelles estimations.

Les défenseurs du climat et certains investisseurs ont reproché à la compagnie de continuer à investir dans des projets pétroliers et gaziers, comme son oléoduc d’Afrique de l’Est et son projet de gaz naturel liquéfié au Mozambique.

Greenpeace France a déposé une plainte auprès d’un tribunal français accusant TotalEnergies de publicité mensongère en affirmant ses ambitions climatiques tout en investissant dans de nouveaux projets de combustibles fossiles.

Elle a déclaré avoir signalé ses conclusions sur la déclaration de ses émissions de carbone à l’AMF, l’autorité française de régulation des marchés.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business