L’OCDE est confiante dans l’accord sur la fiscalité française sur le numérique

0

“Je ne veux pas nommer ce pays, mais tout le monde sait auquel je pense.”

Le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Angel Gurría, a déclaré ce jeudi 23 janvier qu’il était convaincu que la réforme de la fiscalité internationale des entreprises pourrait être approuvée cette année, alors que le ministre français des Finances a pris un coup à voile sur le régime irlandais.

S’exprimant lors d’une table ronde lors du Forum économique mondial (WEF) de Davos sur la manière de taxer l’économie numérique, M. Gurría a déclaré que l’OCDE est ”sur la bonne voie” dans ses efforts pour obtenir un accord entre 137 pays sur cette question. L’organisation tient une réunion la semaine prochaine pour discuter du plan, dans le but de convenir d’un cadre international d’ici la fin de l’année.

“Nous n’avons pas de plan B. Nous allons simplement le faire”, a déclaré M. Gurría. ”Il y a aujourd’hui plus de 40 pays qui participent aujourd’hui à cet effort international et, d’une manière ou d’une autre, ils sont prêts à sortir avec leurs propres [règles] s’il n’y a pas de solution internationale.”

Il a ajouté que cela conduirait à ”une véritable cacophonie avec différentes manières” de taxer l’économie numérique.

Le président français Emmanuel Macron a convenu plus tôt en janvier de suspendre temporairement une taxe de 3% sur les ventes des géants de la technologie suite aux pressions de son homologue américain Donald Trump. La taxe viserait principalement les entreprises américaines telles que Facebook, Google et Amazon. Le Royaume-Uni a également promis de procéder à une taxe numérique en avril, malgré les menaces des États-Unis.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a insisté auprès du panel de Davos pour que la France lève sa suspension si un accord international sur la fixation d’un taux d’imposition minimum pour les sociétés multinationales et une taxe numérique n’est pas atteint d’ici la fin de l’année.

La fiscalité irlandaise dans le viseur

M. Le Maire a également profité de l’occasion pour souligner comment un pays, en particulier, bénéficiait de taxes – appliquées à un taux très bas – sur les entreprises technologiques qui font de l’argent avec des consommateurs ailleurs en Europe.

“Je ne veux pas nommer ce pays, mais tout le monde sait auquel je pense”, a déclaré M. Le Maire, faisant bien évidemment référence à la République d’Irlande. “Une course vers le bas n’est pas l’avenir que je veux pour l’Europe.”

M. Gurría est intervenu dans la discussion pour noter que ”l’Irlande travaille avec beaucoup d’enthousiasme” en collaboration avec l’OCDE sur l’effort international de réforme fiscale.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business