L’économie irlandaise a progressé de 5,5% l’an dernier, une véritable performance en Europe

0

Les autorités irlandaises affirment que leur pays entre dans une période d’incertitude liée aux coronavirus dans «une position de force».

La croissance de l’économie irlandaise a de nouveau dépassé celle de ses homologues européens l’année dernière, augmentant de 5,5% en valeur à 347 milliards d’euros, selon les chiffres préliminaires de l’Office central des statistiques (CSO).

Alors que les données de certains pays européens n’ont pas encore été publiées, la croissance de l’économie de la République l’année dernière, mesurée par le produit intérieur brut (PIB), a été plus rapide que la Hongrie (4,9%), les Pays – Bas (1,7%) , l’Autriche (1,6%), l’ Allemagne (0,6%) et l’Italie (0,3%).

Sur ces chiffres, qui seront mis à jour en juin, l’Etat irlandais a impliqué un endettement sur PIB de 61%. Lorsque l’impact des multinationales opérant ici est exclu – en utilisant une mesure appelée revenu national brut * (RNB *) – la République a un ratio dette / RNB * de 100%.

Mais les données montrent que la croissance a été généralisée, les secteurs traditionnels affichant des améliorations en plus de ceux dans lesquels les multinationales dominent.

La construction a progressé de 5,8%, l’industrie (hors construction) de 4% et le secteur de l’information et de la communication de 18,5%.

“Malgré d’importants vents contraires externes l’année dernière, notamment le ralentissement de la croissance mondiale et l’incertitude liée au Brexit, les chiffres d’aujourd’hui confirment la résilience et la dynamique de notre économie”, a déclaré le ministre irlandais des Finances, Paschal Donohoe.

”Bien sûr, nous nous dirigeons maintenant vers un environnement commercial précaire en raison de la propagation du coronavirus. Bien qu’il s’agisse principalement d’un problème de santé publique et de bien-être, les impacts économiques ont le potentiel d’être importants”, a-t-il déclaré, ajoutant que le pays entrait dans cette période ”à partir d’une position de force”.

Propriété intellectuelle

Du côté des dépenses de l’économie, les importations de propriété intellectuelle avant l’élimination de la double échappatoire fiscale irlandaise (”Double Irish arrangement”) à la fin de cette année ont entraîné une augmentation des investissements de 69,8 milliards d’euros à 144,5 milliards d’euros. Les importations de produits de propriété intellectuelle ont un impact neutre sur le PIB, a noté l’OSC.

Parallèlement, les exportations de biens et de services ont augmenté de 11,1%, tandis que les importations de biens et services ont enregistré une augmentation de 35,6%, tirée à nouveau par les importations de propriété intellectuelle.

Les dépenses de consommation personnelle ont augmenté de 2,8% au cours de l’année. Cet indicateur mesure les dépenses des particuliers en biens et services et représentait plus de 30% de l’activité économique l’année dernière.

Au quatrième trimestre, le PIB a augmenté de 1,8% par rapport au troisième trimestre. Ce chiffre était supérieur à la moyenne de l’Union européenne de 0,1%. Il est également particulièrement positif étant donné que l’économie italienne s’est contractée de 0,3% au cours du trimestre, tandis que l’économie française s’est contractée de 0,1%.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business