L’Europe n’aura pas besoin de la City, affirme la France

1

Les entreprises européennes devront se contenter d’un accès réduit aux marchés financiers londoniens après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, estime Paris. Le Brexit ne sera pas sans conséquences.

Un Brexit dur privilégié par Bruxelles

« Ne vous inquiétez pas pour nous », a déclaré un haut responsable français dans une interview relayée par Bloomberg. « Nous avons quatre banques mondiales en France, qui continueront à financer les économies françaises et européennes. Et nous sommes sûrs que les banques américaines vont également établir des entreprises à Paris. Il n’y aura pas de problème de financement. »

La France maintient une position ferme dans les négociations actuelles entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur leurs relations futures, qui doivent débuter fin mars. Le gouvernement français est opposé à un accord sur-mesure pour les banques britanniques et n’envisage « en aucun cas un accord commercial spécifique pour le pays, y compris pour les services financiers », a indiqué ce responsable.

« Un pays qui ne se conforme pas aux règles du marché unique ne peut pas avoir de droits de passeport, ou une licence pour vendre des services librement à travers le bloc », a déclaré le responsable, qui a refusé d’être identifié conformément à la politique gouvernementale.

Les banques britanniques auront certainement un accès plus limité aux marchés de l’Union européenne une fois que la Grande-Bretagne aura quitté le marché unique en mars 2019. Tandis que le Royaume-Uni espère un accord large censé donner aux institutions financières un accès complet au marché européen, la Commission européenne opte davantage pour une approche restrictive, une position fermement soutenue par la France.

Partager.

Un commentaire

  1. Pingback: Luxe: une croissance économique record à Paris

Répondre