La Suisse se joint à la France et à d’autres pays pour établir un calendrier de coopération sur le climat

0

Le gouvernement suisse a rejoint mercredi un petit nombre de pays riches qui ont fixé un calendrier pour que les grandes entreprises divulguent les risques qu’elles encourent en raison du changement climatique.

Les puissances mondiales ont appelé à une plus grande coordination des efforts visant à mesurer et à déclarer l’impact environnemental des entreprises, une mesure considérée comme essentielle pour protéger le système financier des chocs du changement climatique.

En juin, les pays du G7 ont approuvé la publication obligatoire d’informations dans le cadre des recommandations formulées par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD). Certains décideurs politiques souhaitent qu’un accord soit conclu pour établir des exigences mondiales en matière d’information à temps pour la conférence des Nations unies sur le changement climatique qui se tiendra en novembre à Glasgow.

Selon les recommandations de la TCFD, les entreprises sont invitées à divulguer les impacts réels et potentiels du changement climatique sur leurs activités, ainsi qu’à expliquer comment elles identifient et gèrent ces risques et opportunités.

En juin, la France est devenue la première grande économie à rendre ces règles contraignantes, en fixant de nouveaux objectifs qui obligeront les investisseurs à déclarer le caractère écologique de leurs actifs et à fixer des objectifs d’émissions de gaz à effet de serre tous les cinq ans à partir de 2021.

La Grande-Bretagne a proposé que les entreprises britanniques respectent les recommandations de la TCFD dès l’année prochaine.

La Suisse a déclaré que ses règles s’appliqueraient à la fois aux acteurs financiers tels que les banques et les assureurs, ainsi qu’aux entreprises publiques comptant plus de 500 employés, plus de 20 millions de francs suisses (18,7 millions d’euros) d’actifs totaux, ou 40 millions de francs de chiffre d’affaires.

Le ministère des Finances préparera d’ici mi-2022 un projet de loi sur le reporting obligatoire qui “inclut non seulement le risque financier qu’une entreprise encourt en raison de ses activités liées au climat, mais divulgue également l’impact des activités commerciales de l’entreprise sur le climat et l’environnement”, indique un communiqué du gouvernement.

La mise en œuvre contraignante des recommandations de la TCFD est prévue à partir de 2024 pour le rapport sur l’exercice 2023, est-il précisé.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business