La production française se contracte en février

0

L’activité manufacturière française s’est légèrement contractée en février, selon une enquête publiée lundi, alors que la deuxième économie de la zone euro commence à subir le contrecoup de l’épidémie mondiale de coronavirus.

Le compilateur de données IHS Markit a déclaré que son indice final des directeurs des achats était tombé à 49,8 points en février contre 51,1 en janvier, légèrement supérieur à une lecture préliminaire de 49,7.

La chute a placé l’indice sous la barre des 50 points, divisant les expansions d’activité des contractions pour la première fois depuis juillet dernier.

L’économiste d’IHS Markit, Eliot Kerr, a déclaré qu’en plus des vents contraires causés par l’épidémie de coronavirus, qui a perturbé les chaînes d’approvisionnement dans le monde, la fabrication française était également frappée par un ralentissement de l’industrie automobile et des problèmes liés à la crise du crash du Boeing ( BA.N ) 737 MAX.

Le crash de l’avion après deux autres accidents mortels a conduit le groupe aéronautique français Safran ( SAF.PA ) à avertir le mois dernier d’un impact sur ses revenus en 2020.

“L’impact de l’épidémie de coronavirus s’est infiltré dans le secteur manufacturier français en février, certains panélistes le mentionnant comme une raison pour moins de nouvelles commandes”, déclare l’économiste.

“Cependant, ce n’était en aucun cas la seule cause de négativité pour les producteurs de biens, les répondants continuant de citer le ralentissement de l’automobile et d’autres mentionnant l’arrêt de la production de Boeing 737 Max”, ajoute Eliot Kerr.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business