France : le climat des affaires continue de surprendre

0

En novembre, le climat des affaires en France est resté stable et supérieur à sa moyenne à long terme, ce qui dépeint une situation très différente de celle des indicateurs PMI. Nous continuons à penser que la situation économique se détériore.

Climat des affaires et PMI évoluent dans des directions opposées

Le climat des affaires en France est resté stable en novembre, à 102, au-dessus de sa moyenne de long terme. La situation économique s’est quelque peu détériorée dans l’industrie, la construction et les services, mais s’est améliorée dans le commerce de gros. Les carnets de commande de l’industrie et la demande attendue dans les services se détériorent, tandis que les pressions inflationnistes semblent s’accumuler.

Ces données sont surprenantes car elles contrastent fortement avec les indices PMI pour le mois de novembre, publiés hier. L’indice PMI composite pour la France est passé sous le seuil des 50 pour la première fois depuis février 2021, synonyme de contraction de l’activité économique, s’établissant à 48,8. Si l’indice du secteur manufacturier a poursuivi la descente entamée en juin, atteignant 49,1, c’est l’évolution du secteur des services qui est à souligner : pour la première fois en 20 mois, l’indice est passé en territoire de contraction, à 49,4. Le PMI indique ainsi que l’inflation élevée et la réduction du pouvoir d’achat ont mis fin à la croissance du secteur des services qui avait été rendue possible par la levée des restrictions Covid-19. Ceci marque la fin du soutien des services à la croissance économique française, ce qui devrait conduire à une contraction du PIB au quatrième trimestre.

En termes d’inflation, la situation dépeinte par les indices PMI est également fondamentalement différente de celle qui ressort de l’indicateur du climat des affaires : selon les indices PMI, l’inflation des prix d’achat et des prix payés est tombée à son point le plus bas depuis neuf mois, tout en restant bien au-dessus de sa moyenne de long terme. Le recul est encore plus marqué dans le secteur manufacturier. Bien qu’encore très élevées, les pressions inflationnistes semblent se réduire.

Des perspectives incertaines

Avec deux indicateurs censés dépeindre la même situation évoluant de manière aussi différente, il est difficile de tirer des conclusions claires en termes de prévisions pour l’économie française. Alors que les plus optimistes préféreront probablement croire au climat des affaires, les indices PMI semblent avoir été meilleurs pour prédire l’activité économique française ces derniers mois. Nous continuons à penser que les perspectives économiques françaises sont marquées par l’affaiblissement de la demande intérieure et extérieure, le recul des créations d’entreprises et l’incertitude. Le dynamisme de l’activité apporté par le secteur des services semble avoir pris fin et l’industrie ne semble pas prête à devenir le nouveau moteur de la croissance. Le marché du travail commence à montrer les premiers signes de faiblesse, ce qui devrait se traduire par un ralentissement de la croissance de l’emploi. En conséquence, la croissance du PIB devrait être plus faible au quatrième trimestre qu’au troisième. Pour 2023, nous craignons toujours une légère contraction du PIB pour l’ensemble de l’année.

L’économie française s’est contractée en novembre

Selon une enquête mensuelle, l’économie française du secteur privé s’est contractée en novembre pour la première fois depuis février 2021, la baisse des nouvelles commandes ayant pesé sur la deuxième économie de la zone euro.

L’indice flash des directeurs d’achat (PMI) de S&P Global pour le secteur des services en France est tombé à 49,4 points contre 51,7 en octobre. Toute lecture supérieure à 50 points indique une croissance, tandis que les chiffres inférieurs à 50 indiquent une contraction.

Le chiffre flash de novembre de l’indice PMI pour le secteur manufacturier français est passé de 47,2 en octobre à 49,1 points. Il a dépassé les prévisions d’un sondage Reuters qui tablait sur 47,0 points, mais il est néanmoins resté en dessous de la barre des 50 points et reste donc une contraction.

Le PMI composite de novembre – qui comprend à la fois le secteur manufacturier et le secteur des services – est tombé à 48,8 points, contre 50,2 en octobre, et était également inférieur à la prévision de 49,5 points d’un sondage Reuters.

“Bien que le secteur manufacturier français ait connu un ralentissement depuis le début du second semestre 2022, les niveaux d’activité économique globale ont été soutenus par la croissance continue des services. Ce soutien vital pour l’économie semble avoir pris fin puisque la production du secteur des services a baissé pour la première fois en un peu plus d’un an et demi en novembre”, a déclaré Joe Hayes, économiste principal chez S&P Global Market Intelligence.

En conséquence, les données PMI “flash” ont indiqué la première réduction de l’activité économique française depuis février 2021″, a ajouté M. Hayes.

Partager.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Planete Business